Quand recourir à la tricopigmentation ?

Calvitie, perte de cheveux ou manque de densité capillaire : les soucis liés à l’apparence de la chevelure peuvent parfois prendre des proportions importantes, notamment en regard de l’estime de soi. Pour autant, tout le monde n’est pas prêt à se faire greffer des cheveux pour retrouver la crinière de sa jeunesse. Il existe une solution sans chirurgie, indolore et réversible qui simule la présence de follicules pileux dans les zones touchées par l’alopécie. Cette technique permet aussi de réduire l’incidence des cicatrices sur le crâne.

Quelle est la différence avec la greffe de cheveux ?

La greffe de cheveux est une intervention chirurgicale importante, qui nécessite de prélever des follicules pileux au-niveau de la couronne de cheveux afin de les réimplanter dans les zones dégarnies. Elle s’effectue sous anesthésie locale et occasionne de nombreux impératifs avant et après l’opération, comme l’arrêt de la cigarette et de l’exposition au soleil. C’est une technique efficace sur le long terme, mais qui nécessite toutefois un certain investissement personnel et financier.

La technique de la tricopigmentation propose une alternative à celles et ceux qui ne veulent pas de chirurgie. Elle peut aussi être utilisée en complément d’une greffe. Elle consiste à injecter une encre biocompatible dans les follicules. Visuellement, la densité des cheveux semble augmentée. Cette pigmentation peut s’appliquer dans des zones clairsemées pour masquer la perte de cheveux, ou sur un crâne rasé comme vous pouvez le voir ici.

Pour qui la pigmentation du cuir chevelu est-elle intéressante ?

Il faut savoir que cette technique peu invasive est globalement bien supportée. Elle concerne aussi bien les hommes que les femmes, jeunes ou plus âgés. C’est principalement en réponse à une perte de cheveux que la pigmentation capillaire intervient. Le rendu visuel plus esthétique après le tatouage contribue à redonner confiance en soi aux personnes qui se sentent mal avec les symptômes d’alopécie.

En complément d’une greffe, la pigmentation contribue à renforcer l’effet de densité de la chevelure. C’est aussi un bon moyen pour masquer des cicatrices importantes qui empêchent la repousse du cheveu. Malgré le recours aux aiguilles, c’est une technique indolore qui convient particulièrement aux personnes anxieuses à l’idée de se faire opérer.

Les contre-indications à la technique de pigmentation capillaire

Bien que la majeure partie des personnes puissent profiter de cette technique de tatouage capillaire, il existe quelques cas de contre-indication.

  • La pigmentation ne peut pas se faire chez les personnes ayant des cheveux très clairs ou blancs.
  • Elle n’est pas non plus adaptée en cas de dermatite ou de psoriasis localisé sur le crâne et non traité.
  • Les maladies auto-immunes font aussi partie des cas où la pigmentation présente trop de risques.
  • Enfin, il est impossible d’appliquer cette technique sur les cicatrices chéloïdes.

En revanche, le risque d’allergie étant très faible, même les personnes sensibles aux produits habituels peuvent espérer utiliser la pigmentation pour redensifier leurs cheveux.

*problème plateforme pour le comptage de mot-clé, remplacer par le bon mot-clé svp


Abdominoplastie : des cicatrices de plus en plus dissimulées
Le cas spécial de l’abdominoplastie après une chirurgie bariatrique