Abdominoplastie : des cicatrices de plus en plus dissimulées

Le progrès de la chirurgie esthétique offre de plus en plus d’options. L’abdominoplastie permet au patient de (re)trouver un ventre plus plat et plus harmonieux. Cependant, une plastie abdominale ne se fait pas d’une manière identique pour tout le monde. Un diagnostic est nécessaire. En outre, les traces laissées par l’intervention causent souvent des désagréments. Heureusement que les cicatrices sont de plus en plus dissimulées.

L’abdominoplastie consiste en quoi exactement ?

Chirurgie esthétique pour avoir un ventre plus affiné, l’abdominoplastie est une intervention qui consiste à remodeler l’abdomen. En général, l’objectif est d’enlever l’excès de graisse ou le relâchement de la peau au niveau du ventre. Mais le chirurgien en profite aussi pour restructurer et consolider les muscles de la paroi abdominale. De ce fait, la plastie abdominale est aussi une réparation musculaire. Ce qui offre plus de confort au patient. Il faut savoir que l’excès de masse graisseuse du ventre peut entraîner différentes maladies telles que l’infarctus, l’hypertension artérielle ou encore l’élévation du taux de sucre dans le sang. On peut distinguer quatre types d’intervention en abdominoplastie. Dépendant de l’objectif visé, vous trouverez la liposuccion qui consiste au retrait des surplus de graisses. Le raffermissement des muscles abdominaux est réalisé en cas de distension de ces muscles. C’est pareil pour la correction de diastasis des muscles grands droits. Puis, il a le lifting abdominal qui vise à rehausser la peau au niveau du ventre. Cela dit, l’abdominoplastie ne remplace pas un régime alimentaire. De même qu’elle ne traite pas les problèmes d’obésité.

Les raisons qui poussent à l’abdominoplastie

Comme les principales indications de la plastie abdominale sont le surplus de graisses et le relâchement de la peau, il y a des catégories de personnes qui seront plus ciblées par l’intervention. En effet, ces désagréments au niveau du ventre peuvent subvenir à partir d’un certain âge que ce soit pour les hommes ou pour les femmes. Généralement, cela se situe vers la quarantaine. Mais un fort amaigrissement entraîne aussi un relâchement de la peau, surtout dans cette zone. En outre, une importante sédentarité conduit au relâchement des muscles abdominaux. Mais les problèmes peuvent aussi correspondre à un souci d’ordre hormonal ou au vieillissement de la peau. Les patients s’orientent vers cette opération pour retrouver une silhouette affinée et plus harmonieuse. En retendant leurs muscles abdominaux, les patients auront une meilleure mobilité. Et avec une paroi abdominale renforcée, ils peuvent observer un soulagement au niveau du dos. Parce qu’un surpoids fatigue cette partie du corps. Le fait que les effets attendus sont immédiats est aussi un avantage. Au niveau psychique, être plus serein dans son corps renforce la confiance en soi. Avoir un ventre plat et ferme peut apporter des impacts positifs sur l’estime de soi.

Les étapes de l’opération

Quoi qu’il en soit, l’abdominoplastie, comme toute intervention chirurgicale, ne se fait pas à l’arrache. Elle nécessite en amont un diagnostic médical. Ce qui va permettre au chirurgien de définir quel type d’intervention sera nécessaire. Pour cela, il va prendre en compte le taux d’excès de graisse, l’état de la peau et de la tonicité des muscles… Ainsi, si l’on constate des dommages sévères et qui concernent une étendue importante de peau, le chirurgien va procéder à un traitement complet. Cela signifie qu’il va aplanir l’abdomen en enlevant toute la masse graisseuse. En plus, il va traiter les muscles du grand droit. Une ablation de l’excès de la peau entre le nombril et le pubis sera aussi effectuée. Ce qui peut nécessiter un repositionnement du nombril. Néanmoins, lorsque la dégradation cutanée est moins importante, comme chez les jeunes patients, une simple lipoaspiration suffira. En effet, quand les muscles abdominaux gardent encore leur tonicité, l’intervention va uniquement toucher les graisses qui ne partent pas malgré les régimes et le sport. Comme son nom l’indique, la lipoaspiration consiste seulement à enlever les graisses à l’aide d’un aspirateur spécialement conçu pour cela. La plastie abdominale demande plus d’attention dans l’hygiène de vie du patient à la suite de l’intervention. En effet, les autres zones non traitées pourront accumuler de la graisse à leur tour.

Formation des cicatrices

Bien que l’abdominoplastie est faite dans un but esthétique, elle est avant tout un acte chirurgical. Comme toute opération chirurgicale assez importante, la trace laissée par cette intervention peut être problématique. En effet, c’est toute la zone du pubis qui sera incisée. Ce qui offre plus d’ouverture au chirurgien afin qu’il puisse atteindre toutes les zones abdominales. Par la suite, il doit refermer la plaie. Et ce sont toutes ses étapes qui favorisent l’apparence de la cicatrice. Ainsi les cicatrices de l’abdominoplastie peuvent apparaître en forme de T ou de T inversé. Cette cicatrice traverse tout l’abdomen. Elle part juste au-dessus du pubis, et s’étend vers les côtés des deux hanches. Quoi qu’il en soit, un gonflement de la peau au-dessus de la zone d’incision est normal. Même si cet œdème est juste passager, l’apparence finale de la cicatrice ne sera déterminée qu’au bout d’environ une année après l’intervention. Certes, le patient ou la patiente peut le cacher sous ses sous-vêtements, mais cela reste toujours gênant. Cela dit, la cicatrice autour du nombril est beaucoup plus discrète parce qu’elle est seulement due au repositionnement de l’ombilic.

Des cicatrices de plus en plus dissimulées

Il faut savoir qu’avec une mini-abdominoplastie, la zone d’incision est beaucoup plus courte que celle d’une abdominoplastie complète. La cicatrice est plus importante pour cette dernière. Cependant, il existe des moyens qui permettent actuellement d’estomper la cicatrice. Les massages et drainages aident déjà à la disparition rapide de l’œdème post-opératoire. Le fait de réaliser l’incision dans la zone du pubis donne déjà une cicatrice plus discrète. En outre, la technique de redrapage est beaucoup moins invasive que les anciennes techniques. En effet, le redrapage diminue les pressions exercées sur la cicatrice. Concrètement, cela consiste à abaisser la peau en bonne santé pour refermer l’abdomen à la fin de l’intervention. Ainsi, la cicatrice est plus basse et plus discrète. Mais d’autres techniques plus poussées peuvent aussi être mises en œuvre. Dépendant de la profondeur et de l’étendue de la cicatrice, le patient peut s’orienter vers le traitement au laser. Après plusieurs séances, la cicatrice sera réduite. Il y a aussi l’intervention chirurgicale, qui s’effectue cette fois spécifiquement sur les cicatrices plus importantes en taille et en longueur. Une greffe de la peau quant à elle, consiste à remplacer la peau atteinte par la cicatrice avec une nouvelle peau. Cette dernière est prélevée sur le corps même du ou de la patient(e). Avant de décider de toucher à votre cicatrice, consultez votre médecin. Un diagnostic est nécessaire afin qu’il puisse vous orienter vers la meilleure solution par rapport à votre cas. De toute façon, il faudra attendre au moins neuf mois après l’opération pour avoir une idée de l’aspect définitif de votre cicatrice. Il n’est donc pas nécessaire de se presser dans la prise de décision. Et se lancer hâtivement et aveuglement peut avoir l’effet inverse. Le médecin doit prendre en compte votre type de peau. Votre hygiène de vie impacte aussi sur la capacité de votre peau à cicatriser. D’où l’importance de s’orienter vers un avis médical. Parfois, de simples précautions vous aideront à améliorer l’apparence de la cicatrice. Suivez bien les consignes post-opératoires recommandées par votre chirurgien. Il faut aussi limiter au maximum la variation de poids. Non seulement la cicatrice sera plus visible, mais un relâchement de la peau du ventre peut apparaître de nouveau. De toute façon, une surveillance post-chirurgicale est indispensable.

Le cas spécial de l’abdominoplastie après une chirurgie bariatrique
Post obésité : qu’est ce que le Bodylift ?