Quel type de reconstruction mammaire choisir ?

reconstruction mammaire

Chez les femmes atteintes du cancer de sein, la mastectomie est un des traitements prescrits. Après cette ablation du sein, la reconstruction est une étape pour retrouver l’aspect naturel du sein. Mais les opérations de reconstruction sont aussi destinées aux sujets sains, pour des raisons esthétiques. La durée des interventions, les petites éventuelles cicatrices avec séquelles, et la durée de convalescence dépendent du type d’opération.  

La reconstruction avec les tissus du sein controlatéral.

Les opérations de reconstruction mammaires présentent des risques minimes, et se pratiquent dans les hôpitaux ou centres spécialisés en chirurgie esthétique, comme le centre de reduction mammaire à Paris. Pour les femmes qui ont eu recours à une mastectomie unilatérale, le sein controlatéral est encore fonctionnel. Le chirurgien effectue une intervention appelée réduction mammaire. Il divise en deux le sein fonctionnel pour en faire un nouveau sein, qui va remplacer le sein pathologique. La procédure est efficace et le résultat satisfaisant. Après la réduction, les deux nouveaux seins subiront des opérations esthétiques, par le même chirurgien plasticien, afin de retrouver l’aspect naturel des seins. Les nouveaux seins ont les mêmes sensibilités que celle des autres femmes, c’est un des avantages de cette opération de réduction et de reconstruction mammaire. L’intervention est une intervention de routine, qui dure cinq heures environ, avec une hospitalisation de sept jours au maximum. De préférence, l’opération est destinée aux femmes avec des poitrines généreuses, afin de garder un certain volume après la réduction mammaire. Pour en savoir plus, il suffit de taper sur internet réduction mammaire.

La reconstruction autologue, la plus prisée des patientes.

Le principe de la reconstruction autologue est de prélever des tissus sur d’autres parties du corps, dans la majorité des cas au niveau de l’abdomen, mais le médecin peut aussi prendre des tissus au niveau du muscle grand dorsal. Le chirurgien prend des lambeaux au niveau de l’abdomen, afin de les insérer au niveau de la région mammaire. Pour les prélèvements au niveau de l’abdomen, il existe deux techniques opératoires révolutionnaires. La première, appelée technique du lambeau libre, consiste à prélever des tissus et de les réinsérer au niveau de la région mammaire. Cette technique est la plus utilisée et la plus efficace. Les vaisseaux seront anastomosés aux vaisseaux du thorax. Elle est destinée aux femmes qui ont été traitées par des séances de radiothérapies. La deuxième, connue sous le nom de technique de lambeau pédiculé, consiste à déplacer sous la peau les tissus musculaires et graisseux de l’abdomen vers la région mammaire, les vaisseaux sanguins sont issus de la région abdominale. Elle est destinée aux femmes qui ne sont pas traitées par radiothérapie.

Les implants mammaires, pour la reconstruction ou pour augmenter le volume

Un implant mammaire est une sorte de poche, en silicone, rempli de solution saline. C’est une matière stérile insérée sous les muscles thoraciques, afin de remplacer un sein qui a subi une mastectomie, ou bien augmenter le volume d’un sein, selon les exigences de la patiente. L’opération consiste à inciser au niveau de la région basale du sein, et insérer l’implant dans un espace sous les muscles thoraciques. Après incision et élargissement de l’espace, le chirurgien peut mettre en place la prothèse, selon le volume demandé par la patiente pendant l’entretien préopératoire. Parfois, l’espace sous les muscles thoraciques est trop plat, et le chirurgien est obligé de pratiquer une expansion tissulaire. Il élargit l’espace par insertion d’une prothèse vide, et le remplit de solution saline. Une fois que l’espace est suffisamment large pour accueillir l’implant définitif, le chirurgien peut insérer la prothèse selon les choix de la patiente. La pose de l’implant après expansion tissulaire se fait dans les 3 mois à venir.